Quand Longchamp devient un pro du "click-to-buy" …

Ou l’art de jouer sur une expérience interactive …

Les fêtes arrivant à grands pas, Longchamps est déjà sur les chapeaux de roue pour nos présenter ses nouveaux produits. Tout repose sur une vidéo. Celle créer spécialement pour l’occasion par Romain Chassaing sur un air de Max Zippel.

Un dispositif est mis en place pour placer la vidéo au cente de toutes les attentions.

Une vidéo interactive disponible sur le site officiel,  en complément de la vidéo déjà diffuser sur Youtube, permet aux internautes de vivre une réelle expérience utilisateur avec la possibilité entre autre de cliquer à tout instant sur les produits pour avoir des informations dessus. Cette interactivité est d’une grande efficacité puisqu’il facilite le chemin utilisateur et lui permet facilement d’avoir accès à ses envies.

Premier point de vue : La tendance des vidéos " click to buy" ca cartonne !

Gucci, Burberry pour l’avoir déjà essayé ont eu des retombées très positives sur ce type de mécanisme. Outre le fait que ce soit des marques avec un fort taux d’affinité avec les cibles féminines. Les vidéos interactives permettent d’immerger l’utilisateur dans l’univers de la marque. Une bonne chanson, des effets sympas et le tour est joué  ! Après lecture de la vidéo, les utilisateurs sont conquis. Ils dépassent le statut de spectateur passif pour aller vers celui d’acteur qui à le choix de succomber à un produit par un simple clic. Pas de galerie d’image avec une description ! Un contenu interactif qui permet de sublimer le produit et inciter à l’achat compulsif online.

Deuxième point de vue : Les digital Mums pionnières du social shopping !

L’engouement pour les marques de luxe ou de prêt à porter pour le digital viennent de ces femmes carriéristes utra-chic et mères à la fois. Elles n’ont pas forcement le temps de passer des après-midi à faire des boutiques et donc achète en ligne. Elles sont devenues de véritables chasseuses de nouveautés. Avec un navigateur rempli de sites favoris, elles s’abonnent aux newsletters mais finissent pas se lasser de toutes ces nouvelles pubs qui proposent ; certes de produits différents ; mais avec toujours le même type de contenus.

Pas le temps de chercher "ce qui plait" et de passer des heures entières sur un site internet. Le parcours utilisateur devient très chronophage et lassant.

Une conclusion : le design émotionnel, réelle facteur de l’achat online 

Oh ! Comme tu es belle ! …. Rien ne sert de se voiler la face, le beau attire, le beau plait ! Dans le jargon on dira " quelque chose de sexy " ! Hommes et femmes, ( je ne sais pas pour les animaux mais je pense bien que oui) sont attirés par tous ce qui est beau et bien fait selon leur critère. Ici la définition du beau est propre à chaque individu bien sur, et peut être différents en fonction de ce dont on parle ( genre, age, maison, voiture, vêtements …).

Concernant les marques, un produit se doit d’être beau pour être (consommé) acheté ! De la conception à la production tout se doit d’être beau ! Un produit sans logo, sans couleur, sans aucune information n’a aucune valeur ajoutée. Le packgaging est un élément important, il s’agit de la premier étape : il va attirer l’oeil du consommateur et susciter l’intérêt de celui ci.  Le produit en lui même ne suffit pas, l’endroit aussi se doit d’être sexy ! Tout une stratégie a été mise en place pour décider du packaging du produit mais aussi de ou le produit sera placé . La question à 1 000 000 d’euros " Ou est-ce que je vais mettre ça pour qu’il soit vu de tous ?" . Et toc ! C’est dans la boite, un produit sexy, un décor sexy et le tour est joué ! C’est le design émotionel !

Peu importe l’art et la manière, On adore …